Accueil Social /Santé Dépistage organisé du cancer colorectal en Essonne, des résultats encourageants mais une participation insuffisante

Dépistage organisé du cancer colorectal en Essonne, des résultats encourageants mais une participation insuffisante


L’ADMC 91 invite, tous les deux ans, par courrier, les hommes et les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage du cancer colorectal.
Le programme est mis en œuvre
Depuis le début du programme de dépistage organisé dans notre département (octobre 2003), 490 cancers ont été dépistés. Chez 2 342 personnes, des polypes adénomateux ont été détectés et ont été retirés lors de la réalisation de la coloscopie, prévenant ainsi leur transformation en cancer.  Même si la notoriété de ce dépistage a largement progressé, la participation reste faible (28% entre 2011 et 2012).
Face à cette réalité, le dépistage constitue un moyen d’agir essentiel, dont le bénéfice est avéré.
Ce cancer est fréquent :
le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent dans la population française après le cancer de la prostate et le cancer du sein. En France environ 40 000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an.
Il est bénéfique de détecter la maladie à un stade précoce :
le cancer colorectal évolue souvent dans un premier temps sans symptôme ou signe avant-coureur. Il est, de ce fait, diagnostiqué parfois tardivement et nécessite alors des traitements lourds. Or, le cancer colorectal est un cancer que l’on peut dépister précocement. Cette découverte permet de traiter et souvent de guérir définitivement ces lésions en utilisant des traitements à la fois efficaces et peu agressifs. Quand un cancer colorectal est dépisté très tôt, les chances de guérison dépassent les 90%.
Le dépistage consiste en un test simple, gratuit et indolore à faire chez soi :
Le programme de dépistage organisé repose sur le test Hemoccult II ® qui recherche la présence de sang invisible à l’œil nu dans les selles (matières fécales). Puis, en cas de positivité du test, une coloscopie est prescrite. C’est le médecin traitant qui remet ce test au patient, après avoir évalué son état de santé et recherché la présence de signes d’alerte particuliers ou de facteurs de risques. Pour toutes ces raisons, à partir de 50 ans, puis tous les 2 ans, le bon réflexe, c’est de parler du dépistage du cancer colorectal avec votre médecin traitant.
Renseignements auprès de l’Association pour le Dépistage des Maladies Cancéreuses en Essonne au 01 64 90 75 81.



Mentions légales | Plan du Site | Recherche | Contact